Divers

A l’actif de la CAPC : Fédérer les organisations patronales

Patronat-« La Loi de finances 2020  n’apporte rien de positif au profit de l’Entreprise algérienne. »

A révélé Mouloud Kheloufi, le président de l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA), lors de la conférence de presse de la Confédération algérienne du Patronat citoyen (CAPC) (ex-FCE), organisée aujourd’hui en son siège, traitant de « La conjoncture économique » et à laquelle ont également pris part la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA), de la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA).

Ajoutant : « A ce jour, même le Pacte économique et social n’a pas été suivi d’actions concrètes sur le terrain. Et ce, en dépit de son caractère officiel (par acte notarié). »

L’exclusion des organisations patronales des décisions économiques majeures, est aussi l’avis du président du CAPC, Sami Agli, qui regrette que “Les organisations patronales n’aient pas été associées a l’élaboration de la Loi de finances 2020, ni à l’avant projet de la Constitution, pas même à quelques décrets exécutifs régissant une profession donnée. Ce qui est anormal.”

S’indignant également du fait que « l’entreprise, considérée à juste titre comme l’avenir du pays, ne soit pas associée à des décisions importantes. »

Pour sa part le président de la CIPA, Abdelwahab Ziani, a plaidé pour la « consommation du produit algérien, afin de préserver l’emploi, notamment depuis le Coronavirus. ».

Une action à s’inscrire dans le cadre de « la reconquête du pays » et « la lutte contre l’importation tous azimuts. », a-t-il ajouté.

Il a, dans ce cadre, révélé que « le transport lié à l’importation sur le bateaux de la CNAN, a nécessité à lui seul, 6 milliards de dollars, dont 80% des ports d’Anvers et de Marseille. »

Au sujet de l’Economie circulaire, Ziani a salué « le recours également à l’Economie bleue, qui représente le volet Environnement. »

A souligner que cette rencontre vise un objectif : « Rassembler les organisations patronales pour faire réussir le Plan de relance économique et sociale et renforcer les acquis. », a indiqué Sami Agli, avant de préciser que « ce regroupement patronal n’est pas exclusif,  il est ouvert à toutes les organisations et associations patronales, dont beaucoup étaient seulement indisposées pour y assister. »

Le regroupement vise, en toute vraisemblance, à s’imposer, à peser sur la décision politique et à inciter à la reconsidération de l’Entreprise algérienne dans le processus politico-économique. Ceci ne peut l’être qu’à la condition d’un déploiement national des organisations patronales.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer