NumériquePlateformes Digitales

Aziouz Laib, DG de la BASTP au podcast de Goconnexions (Algérie):

« Ce que je n’ai pas pu le faire pour mon entreprise, je l’ai fait pour les chefs d’entreprises. »

 

Algérie-Ce sont là, les termes de Aziouz Laib, Directeur général (DG) de la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), entité relevant du ministère de l’Industrie, ayant vu le jour en 1992, sous forme d’association professionnelle, d’utilité publique et à but non lucratif.

La notion du partage qui en dégage de ces propos, Aziouz Laib l’a manifestée lors de son passage au podcast de Goconnexions (Algérie), la plateforme de réseautage basée au Québec, Canada.

Il a été interviewé par Mohammed Ridha Boucherit et Saliha Outahar.

Les propos représentent le couronnement d’une carrière professionnelle, qu’il a eu le privilège de dérouler lors de ce podcast. Témoignant qu’à force de volonté, particulièrement celle divine, l’homme atteindra ses objectifs, même d’une autre manière que celle initialement fixée.

« Ce que je n’ai pas pu le faire pour mon entreprise, je l’ai fait pour les chefs d’entreprises. », dévoilent l’ambition de faire de ce qu’on veut, même au profit d’autrui. L’ambition a été entamée par Aziouz Laib  dans les années 1980.

Il s’agit d’avoir sa propre entreprise, difficilement réalisable au vu de l’environnement économique de l’époque, caractérisée par deux facteurs exogènes, à savoir, le manque de financement bancaire et l’absence de dispositifs d’aide à la création d’entreprise (Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes ‘’ANSEJ’’, Caisse nationale d’assurance contre le chômage ‘’CNAC’’, Agence nationale de gestion du micro-crédit ‘’ANGEM’’). A ceux-là s’ajoute le manque de fonds propres de Aziouz Laib.

Aziouz Laib, fut obligé d’exercer dans une société étatique, spécialisée dans la construction métallique. Objectif : collecter la somme nécessaire pour lancer sa propre entreprise, par les salaires mensuellement perçus.

Notre jeune ambitieux gravira les échelons jusqu’à intégrer le ministère de l’Industrie, ou il a été sollicité suite à une étude commandée, portant sur les produits de sous-traitance (PST).

« Je suis une personne qui va de l’avant, fais ce que je veux, et de le faire bien. », se définit Aziouz Laib.

C’est ce qui l’a pu réalisé au sein de la BASTP. « Avoir une vision relationnelle, aller vers les entreprises, voir ce qu’ils savent faire, récolter de l’info. », a-t-il ainsi résumé la mission de la BASTP, sous l’angle de sa démarche personnelle. Au préalable, Aziouz Laib a beaucoup suivi des cycles de formation, de coaching, pour faire tendance. « Ce que j’ai appris, je lai transféré. », tient-il à préciser lors de ce podcast

Missions de la BASTP

Dans la deuxième partie du podcast de Goconnexions, Aziouz Laib rappelle que « La BASTP, a été mise en place pour les entreprises nationales, afin de développer les relations professionnelles inter-entreprise. », ajoutant que « Parmi ses missions : développer la sous-traitance industrielle, développer relation entre offreur et receveur d’ordre, pour pouvoir réussir leur intégration et concrétiser la sous-traitance avec les entreprises, promouvoir leurs produits à l’international et, ainsi, réduire la facture d’importation. »

Poussé par Mohammed Ridha Boucherit, Aziouz Laib a tenu à déplorer que « l’entreprise algérienne est confrontée à quelques embuches. »

Il citera : « le peu de soutien bancaire, l’indisponibilité du foncier industriel, le difficile marché public (notamment pour les plus petites entreprises, écrasés par les appels d’offres, remportés par les gros calibres. »

Aziouz Laib, a également dénoncé le manque de personnel de qualification, en donnant cet exemple : « En mécanique, il est difficile de trouver un bon tourneur pour faire fonctionner une machine à commande numérique. »

D’où son appel à « développer la formation des métiers (absent dans les centres de formation et les universités), notamment en réalisant des passerelles entre entreprises et Universités, en impliquant le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS), et entreprises et ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels (MFEP). »

Enfin, il a recommandé que « pour améliorer la compétitivité à l’international, il ne pas seulement se baser sur le matériel, mais aussi de développer l’immatériel. »

Le podcast de Goconnexions a été clôturé dans une ambiance de bonne humeur : Aziouz Laib entonnant quelques refrains d’une chanson d’Aziouz Rais, chanteur chaabi dont il a le même prénom.

A noter que Goconnexions  a été fondée et est dirigée par Eric Boudreault, et dont Laurent M. Leclerc assure la bande-annonce des podcast.

 

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer