CommuniquésNumérique

Journée d’étude du CARE:  » Quelle finance digitale pour l’Algérie? »

Le 16 mars, à l'Hôtel El-Djazair

CARE-Sous le haut patronage du Premier ministère et du ministère des Finances, le Cercle d’action et de réflexion pour l’entreprise (CARE) organise en partenariat avec l’UNCDF (United Nations capital developmentfund), une journée d’études sur le thème de l’inclusion financière au moyen des technologies du numérique, placée sous le thème “Quelle finance digitale pour l’Algérie?”, le mercredi 16 mars 2022 à 8 heures, à l’Hôtel El-Djazaïr.

Soutenir la croissance économique, la résilience aux crises et le financement de startups innovantes, réduire la pauvreté, lutter contre l’exclusion financière en particulier celle des femmes sont autant de questions dont le secteur financier détient la réponse tant son rôle est prépondérant dans l’accompagnement du progrès et des changements sociaux et économiques vers un monde plus durable.

C’est pourquoi l’inclusion financière représente pour l’Algérie d’aujourd’hui un objectif crucial à concrétiser dans ce contexte de relance économique émergeant après plus de deux années de récession induite par la chute drastique des prix des hydrocarbures et aggravée par la pandémie du COVID-19.

En mettant à nu la fracture du système bancaire, la crise sanitaire du COVID-19 a en effet confirmé l’importance capitale de la digitalisation des services financiers.

L’Algérie présente d’ailleurs un certain nombre de critères déterminants pour le succès d’une telle entreprise: des taux élevés d’alphabétisation (90%+) ; de couverture internet (90% 3G) et de pénétration mobile (116%). Ces critères favorisent la digitalisation du système bancaire, élément-clé de la reprise économique, et laissent présager un accueil massif des services financiers numériques (SFN) par la population algérienne, particulièrement celle non ou faiblement servie par le réseau bancaire, ainsi que celle ne disposant pas de services financiers adéquats.

Pour tirer parti de cette infrastructure, complétée par l’introduction d’un numéro d’identification unique (NIN), la monnaie électronique pourrait être un modèle efficace pour l’Algérie et un tremplin vers la digitalisation de ses services financiers. Elle est un nouveau canal d’accès à des unités de monnaies fiduciaires, permettant des paiements instantanés. La nouveauté est que ce canal propose un équilibrage différent entre accès et fonctionnalités par rapport aux comptes bancaires traditionnels.

Les travaux de cette journée d’études seront conduits par quatre panels d’experts, dont plusieurs ministres : le ministre de la Numérisation et des Statistiques, le ministre de la Poste et des Télécommunications et le ministre délégué auprés du Premier ministre chargé de l’Économie de la connaissance et des Startups.

Cette rencontre verra également la participation d’éminentes figures du monde de la finance, comme le Gouverneur de la Banque d’Algérie, des chefs d’entreprise et des consultants.

Les panels examineront quatre aspects de la digitalisation des services financiers :

  1. Les bases réglementaires d’une finance digitale inclusive;
  2. La finance inclusive dans le cadre du programme gouvernemental;
  3. Les modèles de promotion d’une finance digitale inclusive;
  4. Les étapes de promotion de la finance digitale en Algérie.

CARE souligne que la thématique de ces travaux s’inscrit en droite ligne avec le programme du gouvernement pour la réforme et la modernisation du système bancaire et financier du pays. Les propositions et recommandations qui découleront de cette rencontre, comme celles ayant découlé de ses précédentes conférences, pourraient améliorer l’inclusion financière à travers une plus grande implication des établissements financiers pour la fourniture de services numériques inclusifs.

Communique CARE

 

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page