AutomobileSocial

Renault : Ahmed Benghanem dénonce l’achat d’un camion défectueux il y a 8 ans!

Le calvaire d'un entrepreneur de Barika (Batna) dure depuis 2014, suite à l'achat d'un camion Renault

Ahmed Benghanem, résidant la commune de Barika, dans la wilaya de Batna, à l’Est de l’Algérie, dénonce une arnaque dont il a fait l’objet de la part de Renault. L’histoire qu’il rapporte à DZCharikati est quasi-surréaliste ! En effet, Ahmed Benghanem n’en croit pas ses yeux en se voyant livrer un camion-plateau, alors qu’il a déboursé de l’argent pour acheter un camion-grue ! Il a décaissé exactement 11 911 300 DA (soit 1 miliard 191 millions et 130 mille centimes). L’affaire remonte à 8 ans. En dépit d’avoir saisi la Justice, le plaignant n’a pas encore obtenu gain de cause.

Détails de l’affaire, selon Ahmed Benghanem

Dans une lettre qu’il a adressée notamment au ministre de la Justice, Garde des Sceaux, et dont DZCharikati garde une copie, le plaignant révèle avoir acquis, il y a 8 ans déjà, au nom d’une Société à Responsabilité Limitée (Sarl) répondant au nom de ‘’Chabakat El Ouazn Ethakil’’, un camion-plateau, alors qu’il en a mis le paquet pour le prix d’un camion-grue. Cerise sur le gâteau, le camion-plateau présente une défectuosité cachée ! Les tentatives d’Ahmed Benghanem pour le substituer ou de se voir dédommager ont été vaines. Là, dernier recours lui restant, alerter le ministre de la Justice et Garde des Sceaux.

Depuis 2014 : l’attente de règlement dure toujours

Pointilleux et décortiquant son affaire, Ahmed Benghanem dira que c’est en 2014 que ses déboires ont commencé, suite à l’acquisition d’un « camion-grue », la facture datée du 20 novembre 2014 faisant foi. Le camion répond à ses caractéristiques :

  • numéro du châssis : VF44ALH3FB002652
  • plaque d’immatriculation : 05-714-0016

Le calvaire a également été accentué lorsque voulant mettre en marche le camion, celui-ci ne démarra pas et la grue, elle, ne voulut pas fonctionner, car présentant des défauts invisibles à l’œil nu.

Renault n’obtempère pas!

Voyant que la durée de garantie n’étant pas encore expirée, Ahmed Benghanem a, en toute logique, fait une tentative, s’avérant infructueuse à postériori, pour rendre à la Maison Renault le camion pour qu’elle le dépanne. Mieux : il adressa à cette dernière, via un huissier de justice, une requête datée du 7 juillet 2015. Dans la période, Benghanem sollicita un expert spécialiste en la matière, M.Beghar, qui effectua une expertise démontrant que le camion et la grue ne recèle pas les caractéristiques adaptées pour accomplir leurs rôles convenablement, notamment qu’ils sont dépourvus de la capacité de soulever les charges mentionnées dans le tableau de bord. Sur ce, l’escroqué se rapprocha des instances judiciaires habilitées pour qu’elle somme la société à lui délivrer le même modèle du « camion grue », n’ayant pas les défectuosités constatées chez la première. En sus de le rembourser de l’interruption d’activités, une année durant, induite par la non-circulation du camion.

En date du 22 février 2016, Ahmed Benghanem obtint gain de cause suite à une décision de justice du tribunal de Rouiba. A cet effet, une contre-expertise a été diligentée, suite à la désignation de l’expert Kamel Bouhamadouche, qui a eu pour mission de faire un constat démontrant la cause de la panne du camion, ainsi que le montant de celle-ci et s’il est possible de la régler. Sur ce, l’expert a établi un rapport qu’il a déposé au niveau du greffier du tribunal de Rouiba, en date du 11 octobre 2016 sous le Numéro 16/849, dans lequel il a confirmé que le « camion-grue » présente une anomalie qu’il faut réparer. Montant de la panne à réparer a été estimé à 50.000 DA.

Renault dans la ligne de mire

Suite à cela, Ahmed Benghanem a introduit un pourvoi en cassation en vue de bénéficier du dédommagement du aux dommages causés durant 2 ans. Le 4 avril 2017, un arrêté est établi confirmant la décision de justice introduite dans le pourvoi en cassation. Quatre mois plus tard, Renault refuse son exécution, ce qui pousse, encore une fois, Ahmed Benghanem de recourir à la Justice pour exiger de la société de le rembourser. Ce qui fut fait, en date du 8 avril 2018, ou une décision de justice somme Renault de décaisser le montant de 11 913 300 DA en sus d’une amende de l’ordre de 100 000 DA. Une autre cassation, cette fois-ci de la part de Renault, est venue encore donner du suspense à cette affaire. Le 3 juillet 2018, Kamel Bouhmadouche a été encore une fois désigné pour mettre en évidence, pour la énième fois, le calvaire subi par Ahmed Benghanem et les pertes financières engendrées, et 4 ans durant. Sauf que la société n’a pas encore daigné le rembourser, malgré le passage de deux ans depuis l’établissement de l’expertise. Une autre fois, le plaignant dépose plainte.  

La Justice : dernier recours

Il parait, selon les dires, documents également faisant foi, que toutes les voies de recours ont été épuisées, dont les mises en demeure et les tentatives amicales, ont été épuisées. En vain. « J’ai demandé à Renault qu’elle me répare le camion, ou qu’elle me le remplace, sinon qu’elle me rembourse les dommages causés. Tous mes actes ont été infructueux. », dira Ahmed Benghanem, ajoutant : « Il ne me reste que l’intervention énergique du ministre de la Justice et  Garde des Sceaux pour que je recouvre mes droits. »

 

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page