AfriqueAgricultureAgroalimentaireSalons

SIPSA FILAHA & AGROFOOD : cap sur de nouveaux élevages et cultures, et l’africanité

L'autruche et le dromadaire, le mil et le quinoa, ou les nouvelles opportunités du renouveau agricole algérien, porte de l'Afrique

Mill et le quinoa, céréales qui font parler d’elles ces derniers temps; l’Intelligence artificielle au service de l’agriculture; l’élevage de l’autruche et du dromadaire; gros plan sur les opportunités innovantes dans le secteur halieutique; l’exportation avec des relents « d’africanité » dans les échanges agricoles, qu’illustre, notamment, le salon de Dakar, en décembre prochain où l’Algérie est participante;  l’hommage posthume à l’ancien ministre de la pèche Sid Ahmed Ferroukhi, par  l’attribution du prix portant son nom, accordé aux meilleurs startups du concours, le ‘’Trophée de l’innovation Award Sid Ahmed Ferroukhi’’

Autant de thématiques qui rompent un peu avec le rituel des salons agricoles et principalement celui ayant, des années durant, caractérisé la 21e édition du Salon SIPSA FILAHA & AGROFOOD (le Salon international d’Agriculture, de l’Elevage et de l’Agro-industrie, qui se tient du 22 au 25 mai 2023, au Palais des Expositions (Alger), avec le Sénégal comme invité d’honneur et 38 autres pays participants.

Autruche et dromadaire :  sonne-t-il le glas pour le « bovinisme »

Elles sont, par ailleurs, celles qui retiennent l’attention lors de la conférence de presse de jeudi 18 mai, au Fayet Club (Alger), siège du Groupe de Réflexion Filaha Innov, présidé par Dr Amine Bensemane, cercle de réflexion de SIPSA FILAHA & AGROFOOD, salon dont l’organisation revient à la société EXPO SIA.

SIPSA FILAHA & AGROFOOD, sort un peu des sentiers battus en n’accordant pas, notamment, la priorité à l’élevage bovin. Un « bovinisme » qui l’a toujours accompagné et dont il s’en sort en diversifiant le débat autour de l’autruche et du dromadaire. Si on connait le dromadaire, nombreux ignorent la place de l’élevage de l’autruche en Algérie.

Algérie : exportateur de l’autruche dans le passé

En effet, l’Algérie était au 19/20e siècles un exportateur de marque de l’autruche, dont la plume était prisée dans les habits des….américains. D’autant que la chaire de l’autruche est moins grasse comparativement aux autres viandes très prisées par le consommateur algérien.

Le mil et le quinoa : ces céréales-remèdes

« Mill déclarée céréale de l’année 2023 par la FAO résistante aux changements climatiques », est à juste titre le premier panel du Forum PhytoFerti (Forum Interprofessionnel de la Santé et des Productions Végétales), programmé dans la matinée de mardi 23 mai, qui verra, notamment, la conclusion d’un partenariat entre GRFI et AHK (la Chambre de commerce et d’industrie algéro-allemande) ;

Quant au Quinoa, un aliment qui se consomme comme une céréale, très bénéfique pour les personnes atteintes de cœliaque (intolérance au gluten), demeure l’une des rares graines à avoir 8 acides aminés essentiels, en sus d’avoir :

  • des oligo-éléments,
  • des vitamines,
  • des fibres.

Pour rappel, l’Algérie fait partie des 8 pays (Maroc, Liban, Egypte, Irak, Iran, les Emirats, et Yémen) ayant bénéficié du programme d’introduction du quinoa par la FAO (Fonds pour l’alimentation et l’agriculture des Nations-Unies).

Le programme est financé à hauteur de 1,7 millions d’euros par l’Union européenne (UE) dans le cadre du projet PRIMA ((Partnership for Research and Innovation in the Mediterranean) pour la culture de cette graine sur 7 sites, à savoir El Oued, El Menea, Biskra, Oued Righ et Ghardaia.

Exportation : l’africanité en construction

En sus des échanges commerciaux et agricoles attendus lors du SIPSA FILAHA & AGROFOOD, avec son corollaire l’exportation, les organisateurs sont déjà dans l’après-salon SIPSA et le pré-salon de Dakar, en décembre 2023. « Nous sommes dans l’africanité de la démarche, en tissant un réseau d’exportation intra-africain. », a indiqué Brahim Zitouni, vice-président de GRFI. Pour sa part, Dr Amine Bensemmane, président du GRFI, a indiqué que « le SIPSA FILAHA & AGROFOOD restera dans la capitale comme événement international, comme il en existe beaucoup de cette envergure à l’échelle mondiale. Ceci dit, nous encourageons l’éclosion de salons agricoles à travers les wilayas, une dizaine d’ailleurs cette année, valorisant les spécificités des régions. ». Quant à Mohammed Hadi Henni, vice-président GRFI, il également rappelé l’importance des produits du terroir, figue de barbarie, notamment, et le role joué par GRIF dans leur valorisation et promotion.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page