Divers

Crime de Djamel Ben Ismail : 36 personnes, dont 3 femmes, arrêtées

Divers-Le directeur de la Police judiciaire auprès de la Direction générale de la Sûreté nationale (Dgsn), le commissaire Mohammed Chakour, a tenu une point de presse, aujourd’hui à l’Ecole supérieure de Police Ali-Tounsi à Ben Aknoun (Alger), pour annoncer les résultats de l’enquête préliminaire sur le crime de Djamel Ben Smail, perpétré le mercredi 12 août 2021 à Larbaa Nath Iraten, dans la wilaya de Tizi Ouzou. 

Mohammed Chakour a indiqué que le nombre des personnes impliquées dans l’affaire du lynchage et de la brûlure à vif de Djamel Ben Ismail, sont au nombre de 36 personnes, dont 3 femmes. Parmi ces dernières, une est accusée d’avoir appelé à l’égorgement de la victime.

Ajoutant également que l’un des prévenues, qui avait poignardé la victime, a été appréhendé en fuite vers le Maroc. Le conférencier a révélé que l’instruction suit son cours, conformément aux directives du Parquet.

Le directeur de la PJ a également rappelé que Djamel Ben Ismail, venu de Miliana de la wilaya de Ain Defla, était accompagné de deux autres personnes à bord d’un véhicule. Ensuite, poursuit-t-il ses propos, Djamel Ben Ismail, sentant que la foule en délire le soupçonner d’avoir mis le feu dans les forêts, a demandé du secours auprès des policiers, en patrouille dans les parages.

« Mais il a été pris par la foule hystérique, qui l’attendait à l’entrée du commissariat, vers lequel les éléments de la Police tentaient de le ramener pour sa sécurité. », détaille Mohamed Chakour.

Pas de tirs de sommation

Concernant le fait pour la Police d’avoir évité le recours aux tirs de sommation, Mohammed Chakour l’a expliqué par : « Le souci d’éviter tout débordement de la part d’une population déjà en colère, ce qui pouvait engendrer une insécurité, et c’est ce que, d’ailleurs, veulent ‘’les ennemies de l’Algérie’’. »  

L’intervenant a également précisé que les éléments de la Police étaient, ce jour-là, scindés en 3 brigades.  La première brigade était affairée à soutenir les citoyens dans leur mission d’éteindre les incendies.  La deuxième brigade s’attelait, quant à elle, à bloquer la fuite de deux prévenus devant le commissariat, alors que la troisième brigade, composée de quatre personnes, était encerclée par la foule en furie. Enfin, le commissaire de la PJ, a déclaré « je laisse aux medias le soin d’imaginer les conséquences si la Police n’a pas fait preuve de sagesse, que j’en remercie d’ailleurs pour son rôle et la vitesse avec laquelle elle a pu arrêter les coupables. »

En clôture du point de presse, une vidéo a été projetée, montrant les aveux de quelques coupables dans cette affaire, qui a mis en émoi l’Algérie.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page