Divers

Mohammed Chorfi, président de l’ANIE : « Nous avons une Constitution ‘’Hallal’’ »

Constitution-« Nous avons une Constitution ‘’Hallal’’, après avoir eu un président ‘’Hallal’’ lors des présidentielles. »

C’est la qualification donnée par le président de l’Autorité nationale des élections indépendantes (ANIE), Mohammed Chorfi, lors de la conférence de presse portant annonce des résultats du référendum portant amendement de la Constitution, ce matin, au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal (Cic d’Alger).

Les propos de Mohammed Chorfi, sont consécutifs à l’annonce des résultats du référendum portant amendement de la Constitution, qui s’est déroulée ce 1er novembre 2020, et ce, avant la proclamation finale par le Conseil Constitutionnel, dans les jours qui suivent.

Concernant les résultats : le président de l’ANIE a révélé que le taux de participation a atteint 23.72%. Les personnes qui ont voté sont estimés à 5 636 172 votants sur 24 475 310 personnes inscrites composant le corps électoral, dont 907 298 votants établis à l’étranger.  Par ailleurs, les votants établis à l’étranger qui se sont exprimés, ont atteint 45 071 votants, soit 5.18% de votants nationaux établis à l’étranger par rapport au nombre des inscrits.

Le détail des voix est le suivant : 5 023 385 voix exprimées, 6 33 885 voix annulées, et 407 voix en litige qui seront examinés et départagés par le Conseil Constitutionnel.

Les votants OUI : 3 355 518 voix, représentant 66.80%. Les votants NON : 1 676 867 voix, correspondant à un taux de 33.20%.

Mohammed Chorfi a indiqué que l’Etat algérien, en ce référendum, a disposé le corps électoral de : 61 108 bureaux de vote répartis sur 13 236 centres sur le territoire national et à l’étranger. L’encadrement, quant à lui, a atteint 386 422 encadrés en plus de 747 observateurs bénévoles.

A la lumière de ce qui précède, le président de l’ANIE a tenu à se féliciter et à féliciter la classe politique, la société civile et la presse, pour les efforts consentis dans le but de faire réussir le référendum portant amendement de la Constitution.

Au sujet de la campagne précédant le référendum, Mohammed Chorfi a révélé que la société civile a animé 965 meetings, les partis politiques, 220 meetings et 33 actions de sensibilisation de proximité, les personnalités politiques, 48 meetings et 10 actions, et le staff gouvernemental, 57 meetings et 10 actions.

En réponse à plus d’une trentaine de questions des journalistes de la presse écrite (papier et électronique) et audiovisuel, le président de l’ANIE a tenté de se limiter à son statut et ce que lui confère ses prérogatives.

Concernant l’élection numérique, Mohammed Chorfi a déclaré que « jusque-là aucune étude à l’échelle mondiale n’a révélé le zéro risque ni le 100% de la fiabilité d’une élection digitale. »

Au sujet du faible taux de participation, le conférencier s’est dit respectueux de la volonté populaire, tout en exhortant à faire la différence entre un référendum et une élection présidentielle, législative ou locale.

Le geste de la ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouthar Krikou, consistant à n’emporter dans l’urne que la feuille du OUI , et non les deux feuilles comme l’exige la discrétion du vote, n’a pas été commenté par le président de l’ANIE, et ce, en dépit que deux journalistes l’ont déploré avec insistance. Mohammed Chorfi se contentait d’indique dans le bureau de vote, « tous les votants sont des simples citoyens. »

Le nombre des votants jeunes, la proportion du vote des bureaux itinérants, les raisons du boycott de la région, de la baisse de participation dans le Sud, etc. Sont autant de questions qui sont demeurées pendantes.

Le taux de participation du référendum portant amendement de la Constitution, devrait faire réfléchir l’Etat sur l’impératif d’une campagne incitative au vote en direction, notamment, de la jeunesse, qui représente les trois quarts de la population nationale. Ceci figure, selon Mohammed Chorfi, dans la stratégie de l’ANIE. Y répondait cet ancien ministre de la Justice à la question d’un journaliste.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer