EntretienPlateformes Digitales

Entretien de Mohamed Kadi, co-fondateur de Holidar :

« Nous essayons d’offrir à nos clients le meilleur support possible »

Le besoin des vacances et surtout de passer au moins une nuit hors de son lieu de résidence. Donc être un touriste. Tel est la problématique auquel est confronté l’Algérien repoussé par les prix exorbitants affichés par les établissements hôteliers, et la non-structuration en marketing de ceux-ci.

D’où le choix des camps de vacances (ils sont rares d’ailleurs) ou le tourisme chez l’habitant. De leur part, les plateformes de réservation, qui commencent à s’afficher et à valoriser leurs produits et services, offrent un lien inespéré et rapide entre le client et le produit recherché.

Holidar, fondée en 2018, en fait partie. Pour y voir plus clair, nous avons interviewé Mohamed Kadi, co-fondateur de cette plateforme, qui a bien voulu répondre à nos questions.  

 

Pouvez-vous vous présentez, monsieur Mohamed Kadi, a nos lecteurs ?

 Bonjour à tous vos lecteurs, et particulièrement aux entrepreneurs d’entre eux. Je me présente Mohamed Kadi, licencié en Génie des Procédés de l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumédiène (USTHB) Bab-Ezzouar. J’ai lancé avec mon frère Hocine une start-up dans l’hébergement en courte durée (la location vacances ou hébergement chez l’habitant). Notre projet est supporté par la plateforme web hoidar-dz.com (ou holidar.dz).

Holidar en quelques mots ? La motivation de sa fondation et à quand remonte celle-ci ?

 Holidar est une plateforme de réservation des locations courtes durées d’une à 30 nuitées. Notre projet a été lancé pour répondre au besoin des algériens de trouver des hébergements de type appartements, villas, résidences ou bungalows pour leurs vacances ou pour leurs déplacements. L’idée a émergé suite à une mauvaise expérience vécue par mon frère Hocine, suite à un séjour à Oran. Après son retour, nous avons décidé d’essayer de répondre à la problématique de l’hébergement courte durée dans les établissements non hôteliers en lançant une plateforme de réservation.

Le positionnement de notre start-up a été établi pour répondre à la demande des familles algériennes. Ces dernières devant les tarifs exorbitants que pratiquent les hôtels se tournent souvent vers l’hébergement de type appartements. Le souci est que le marché est actuellement non réglementé, mal-structuré et non-professionnalisé. Depuis une année de lancement, nous nous sommes attelé à faire une profonde étude de marché, afin de mieux comprendre les besoins des clients algériens et des difficultés qu’ils rencontrent. Nous travaillons également pour améliorer les conditions de réservations, de paiement, de distraction et de séjour des familles algériennes.

Comment se porte votre plateforme ?

 Comme je vous l’ai indiqué plus haut, nous avons lancé notre plateforme depuis une année et nous l’utilisons pour exercer mais surtout pour apprendre les besoins de la clientèle algérienne. Nous avons d’excellents retours et beaucoup d’enthousiasme de la part de nos utilisateurs. La plateforme est en continuelle développement. Nous essayons d’offrir à nos clients le meilleur support possible.

Après la saison estivale, nous allons établir notre premier bilan, et renforcer ce qui a fonctionné et modifier les aspects qui n’ont pas bien marché.

On voit que vous avez innové, avec cette réservation par le Web, attestant d’une mise aux standards mondiaux. Comment s’est faite, justement, votre intégration dans un marché résistant aux changements ?

 Il est vrai que dans notre pays, la résistance au changement est un grand frein pour les entreprises technologiques. Le service en ligne que nous proposons doit passer par une courbe habituelle d’apprentissage. Il est nécessaire de prendre le temps pour que les utilisateurs changent de comportement d’achat. Pour cette raison, nous travaillons pour mettre un service clients à la hauteur afin de faciliter cette conversion. Chaque plateforme : VTC, E-commerce, … contribue dans cette démarche et tant mieux pour l’internet algérien.

Quels sont, à ce jour, vos chiffres liés à l’hébergement chez l’habitant ?

Depuis une année, nous avons parcouru le littoral algérien et nous comptons près de 300 appartements, bungalows, villas ou résidences sur la plateforme. Ces locations sont localisées dans le grand centre : Alger, Tipaza, Boumerdès, Tizi Ouzou et à l’est du pays : Béjaia, Jijel et Skikda.

Nous réalisons des réservations à travers la plateforme, la page Facebook et le réseau de distribution de nos partenaires.

Un dernier mot…

Le tourisme en Algérie est une opportunité extraordinaire pour notre pays, et l’effort de tous est nécessaire. Nous travaillons à travers notre plateforme à contribuer à cet effort et surtout à aider nos compatriotes dans leurs quotidiens.

Pour finir, nous remercions votre site d’information https://dzcharikati.net et lui souhaitons beaucoup de réussite.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer